Euro-paris / Articles / Parier sur l'OL c'est parier gagnant : "Comment l'OL assure son règne et vos gains quand vous pariez sur Lyon ?"

Parier sur l'OL c'est parier gagnant :

"Comment l'OL assure son règne et vos gains quand vous pariez sur Lyon ?"


L'OL est une machine à gagner, depuis le début de saison son bilan est lourd : 14 victoires et 1 nul en 15 matchs ! Autant dire que c'est une aubaine pour les parieurs : Parier sur l'OL c'est donc parier gagnant ! Découvrez notre dossier sur la suprématie de l'OL et les conséquences sur les paris sportifs.

Rappel des résultats sportifs de l'OL

Depuis le début de cette saison 2006/2007, l'OL gagne tout ou presque, seul le TFC a réussi à arracher le match nul dans les dernières minutes. Vainqueur du trophée des champions face au PSG, puis vainqueur face à Nantes, Bordeaux, Nice, Troyes, Lorient, Lille, Sochaux, Saint-Etienne, Marseille en championnat et contre Paris en coupe de la Ligue, sans oublier les 3 succés en Ligue des Champions contre le Real Madrid, le Steaua Bucarest et le Dynamo Kiev. Autant dire que rien n'arrête l'Olympique Lyonnais. La suprématie physique et tactique de l'OL n'est plus à démontrer mais d'autres éléments viennent renforcer ce phénomène...

La stratégie pour éliminer toute concurrence

Champion depuis 5 saisons et participant à la Ligue des Champions, l'OL en a profité pour se construire le plus gros budget du championnat de France et de très loin devant les autres gros budgets que constituent l'OM ou l'ASM. La stratégie de l'OL est simple : affaiblir chaque équipe du championnat pouvant venir perturber de prés ou de loin sa suprématie. Pour cela, c'est très simple quand on a l'ora et la puissance financière de l'OL, dès que l'on sollicite un bon joueur du championnat de France, il a tout de suite envie de rejoindre cette machine à gagner. Bien conscient de ce phénomène, les lyonnais convoitent donc les meilleurs joueurs de chaque concurrent. Le but n'étant pas de tous les acheter, s'ils viennent tant mieux car ce sont de bons joueurs, mais s'ils ne viennent pas ça sera après un bras de fer avec leur club respectif pour obtenir un meilleur salaire, plus de reconnaissances, etc. Le résultat est simple, soit le joueur quitte son club, soit il est fortement augmenté et vient affaiblir la puissance financière de son club. A ceci peut venir se rajouter la naissance de conflit entre le joueur et son staff. Et la liste des joueurs convoités de ctete manière est longue : Ribéry (OM), Pauleta (Paris SG), Diarra (Lens), Toulalan (Nantes), Zokora (Saint-Etienne), Squillaci (Monaco), Kallstrom (Rennes), etc. En dépouillant leurs adversaires de leur meilleur élément ou en leur faisant dépenser des fortunes pour conserver leur meilleur joueur, l'OL accentue sa suprématie sportive et financière.

L'arbitrage semble favoriser le champion

Les arbitres et médias ont tendance à dire qu'en terme d'arbitrage, les erreurs s'équilibrent sur une saison. Si cela peut paraitre vrai pour certaines équipes, il faut plutôt constater que certaines équipes sont plus favorisées par l'arbitrage tout au long de la saison, et d'autres qui en subissent plus de conséquences. L'OL fait partie de ceux qui profitent le plus de ces erreurs d'arbitrage, consciemment ou inconsciemment, les arbitres ont tendances à favoriser le champion en titre. Tout le monde se souvient des 3 mains dans la surface non sifflées à Bordeaux, alors en lutte pour la première place avec l'OL ou encore de l'irruption de Jean Michel Aulas à l'entrée du vestiaire de l'arbitre à la mi-temps du match contre Lille sous les caméras de Canal+... Et plus les saisons passent, et plus ces faveurs d'arbitrage pour l'OL s'accentuent. Depuis le début de la saison, le 2ème but de Wiltord face à Bordeaux en position de hors-jeu passif fait couler beaucoup d'encre, sans parler du penalty très généreux accordé à l'OL contre le PSG lors du trophée des Champions lors du 1er match de la saison. Plus récemment, lors de la 9ème journée, lors du derby face à Saint-Etienne, Malouda pourtant hors-jeu est bousculé en dehors de la surface par Diatta, ce dernier est expulsé et l'arbitre accorde un penalty à l'OL; celui-ci arrété par Janot a malheureusement blessé le brésilien dans son orgueil de champion et l'a surmotivé à se rattrapper. Dans le même temps, les marseillais perdent 2 points à Lens sur un penalty inexistant. A la veille d'un OL-OM très prometteur, voilà comment 2 erreurs d'arbitrage mettent l'OL à 5 points de l'OM au lieu d'un seul... Enfin, l'OL a éliminé ce mercredi le PSG en coupe de la Ligue 2-1 alors que Wiltord était hors-jeu sur le 1er but égalisateur à la 88ème minute et que Vercoutre aurait du prendre un rouge lors de sa faute sur Rodriguez partie marqué. Autant dire que le PSG n'a plus vraiment envie de venir jouer à Gerland pour se voir perdre sur des erreurs d'arbitrage alors qu'ils mènent au score... Dans l'autre sens il est difficile de trouver une erreur d'arbitrage qui est venue pénaliser les lyonnais...

La toile est tissée sur les pouvoirs

L'OL aime à jouer sur la limite des réglements voir parfois à franchir ses limites, mais aucune sanction ne leur est appliquée ou alors très minime... Comment expliquer que l'OL peut contacter directement un joueur sans passer par son club, que l'OL peut faire signer une prolongation de contrat à Clerc alors que celui-ci avait au-préalable signé un pré-contrat avec l'OM, que Mr Aulas dorment dans le même chateau que Ribéry lors de la coupe du Monde et qu'il contacte le joueur en toute impunité, etc. Aucune sanction n'est appliquée pour les contacts directs avec des joueurs sans passer par leur club, une sanction très très légère pour l'affaire Clerc, qui n'a pas fini de faire parler d'elle puisque l'OL a jugé bon de décider quand son joueur devait purger sa suspension, lui permettant ainsi de prendre place sur la feuille de match du Derby...
Oui mais, en analysant la situation, on comprend mieux pourquoi l'OL bénéficie de ces faveurs par les instances dirigeantes. Vous vous tireriez une balle dans le pied vous ? Probablement pas, et c'est bien ce que doivent se dire Mr Soulier, président de la commission juridique de la LFP, qui va juger l'affaire du derby à propos de Clerc alors qu'il est aussi avocat personnel de Mr Aulas et conseiller municipal de Lyon, ainsi que Mr Thiriez, président de la LFP et également avocat de la Cegid, société dirigée par Jean-Micel Aulas. Dans le civil, on dirait qu'il y a conflit d'intérêt et donc que ces personnes ne peuvent pas exercer ces différentes fonctions. Comment est-ce que des hommes payés en tant qu'avocat par Mr Jean-Michel Aulas peuvent décider objectivement de trancher entre l'OL et un autre club lorsqu'il y a des conflits ou des plaintes ? Sans rajouter le fait que Mr Aulas est aussi vice-président de la LFP...
L'OL a donc su bien tisser sa toile autour des instances dirigeantes qui se retrouvent les mains liées.

Conclusion : Parier sur l'OL ça paye

Il ne fait aucun doute que physiquement et tactiquement l'OL est au-dessus des autres équipes de Ligue 1, et l'OL a bein négocier pour que ses principaux outsiders ne soient pas au maximum de leur potentiel. Si en plus, d'autres erreurs d'arbitrage viennent s'ajouter ou d'autres décisions de la LFP laisser faire ce qu'il veut à l'Olympique Lyonnais, l'OL peut être sur d'accumuler encore bien des succés en championnat de France, coupe de la Ligue ou coupe de France... pour la Ligue des Champions cela sera une autre histoire, mais parieur ne vous privez pas de cette mine d'or : Parier sur l'OL c'est prendre très peu de risque et vous engrengez de beaux profits. Une personne qui aurait misé 10€ sur chaque match de l'OL cette saison n'aurait perdu qu'une seule fois son pari, soit 10€ pour des gains de plusieurs euros (de 3 à plus de 10 euros) lors des 14 autres matchs. Soit de très beaux gains !
N'attendez plus : inscrivez-vous chez l'un de nos bookmakers et pariez sur l'OL !

Article publié le 28/10/2006